Réfugiés : L’Allemagne « y arrive »

Depuis l’incendie du camp de Moria, une partie des politiques et de la société entend venir en aide aux exilés.

Dans la nuit du 8 au 9 septembre, le feu a ravagé l’immense camp de réfugiés de Moria, sur l’île grecque de Lesbos. Entre 12 000 et 13 000 personnes s’y sont retrouvées sans aucun abri, livrées à elles-mêmes. Le soir même, loin de là, à Berlin, plusieurs milliers de personnes ont manifesté pour demander à l’Allemagne d’accueillir ces exilés. Des rassemblements ont eu lieu également dans d’autres villes du pays, à Leipzig, Hambourg, Francfort, Hanovre… Cela fait des mois, depuis le début de la pandémie de…

Il reste 89% de l'article à lire.

   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Dépasser la sidération immédiate

Tribunes accès libre
par ,

 lire   partager

Articles récents

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notfications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.