Gens du voyage : Le long chemin des luttes

Face aux discriminations qu’elles subissent, les personnes identifiées comme « gens du voyage » ne restent pas silencieuses. Rencontre avec des Voyageurs et chercheurs qui font bouger les lignes.

Maïa Courtois  • 4 novembre 2020 abonné·es
Gens du voyage : Le long chemin des luttes
© Dominique Saunal

Relégation géographique, moindre accès aux droits, précarité, anti-tsiganisme… Face aux discriminations qu’elles subissent, les personnes identifiées comme « gens du voyage » ne restent pas silencieuses. « La majorité des voyageurs est entrée dans un processus de lutte. Mais beaucoup luttent seuls. L’espoir est de faire naître des collectifs », soutient le juriste et chercheur William Acker. La tâche n’est pas aisée : « Il ne s’agit pas d’une grande communauté unie : il y a beaucoup de groupes, de tendances, de revendications diverses », rappelle Samuel Delépine, maître de conférences en géographie sociale à l’université d’Angers. Et pour cause : la catégorie « gens du voyage » n’estqu’« une construction ».

L’abandon des habitants de l’aire d’accueil voisine de Lubrizol, près de Rouen, a mis en lumière les conditions de vie des voyageurs en France. Brièvement. Le chantier reste immense : déconstruire les catégories administratives, les lieux de vie imposés, les préjugés historiques qui empêchent encore les voyageurs d’accéder à la justice sociale et environnementale.

Nous ne sommes pas considérés comme des citoyens à part entière.

Rémy Vienot

Chapeau noir vissé sur la tête, Rémy Vienot, voyageur installé à Besançon (Doubs), parcourt inlassablement sa région pour accompagner les personnes victimes de discriminations. Il préside l’association Espoir et fraternité tsiganes de Franche-Comté, mais a des contacts partout en France. « Nous ne sommes pas considérés comme des citoyens à part entière. Le mode de vie itinérant, pourtant, est légal », regrette-t-il. Coupures d’eau en pleine canicule, abandon des plus précaires pendant le confinement, localisation absurde de certaines aires d’accueil… L’homme se bat auprès des familles à l’échelle

Envie de terminer cet article ? Nous vous l’offrons !

Il vous suffit de vous inscrire à notre newsletter hebdomadaire :

Vous préférez nous soutenir directement ?
Déjà abonné ?
(mot de passe oublié ?)
Société
Temps de lecture : 8 minutes

Pour aller plus loin…

À l’hôpital de Bourges, « on accepte que la mort puisse être une issue »
Reportage 23 février 2024 abonné·es

À l’hôpital de Bourges, « on accepte que la mort puisse être une issue »

Malgré le manque de moyens et le désert médical dont souffre le département du Cher, la petite équipe de ce centre hospitalier essaie de soulager la douleur des patients en fin de vie.
Par Hugo Boursier
En France, la très lente révolution de la « culture palliative »
Santé 23 février 2024

En France, la très lente révolution de la « culture palliative »

Alors que des pays étrangers mettent en avant ces soins de confort, la France accuse un retard considérable. La faute au tabou de la fin de vie parmi des soignants concentrés sur l’unique objectif de guérison.
Par Hugo Boursier
À Marcq Institution, un professeur suspendu pour violences sexuelles après des années d’alertes
Enquête 22 février 2024

À Marcq Institution, un professeur suspendu pour violences sexuelles après des années d’alertes

Un professeur d’anglais du prestigieux lycée privé de la métropole lilloise est suspendu depuis le 31 janvier, après avoir été accusé par une élève d’avoir eu « une attitude inappropriée ». L’établissement assure avoir été réactif. Mediacités et Politis révèlent pourtant que plusieurs alertes le concernant avaient déjà été effectuées.
Par Pierre Jequier-Zalc
Protection de l’enfance : crise sociale et malaise politique autour de la Sauvegarde 93
Enfance 22 février 2024

Protection de l’enfance : crise sociale et malaise politique autour de la Sauvegarde 93

L’une des plus grosses associations de la Seine-Saint-Denis accumule les témoignages et les rapports accablants contre sa direction et ses méthodes de management. Face à une crise qui s’intensifie depuis février 2021, le département – qui assure le principal financement de l’association – reste sourd malgré les appels à l’aide des salariés.
Par Tristan Dereuddre