Libraires et disquaires : fermés mais pas reclus

Le commerce du livre et du disque est entravé par le virus et par le gouvernement, mais il reste possible de se fournir auprès des indépendants.

Et pour le moment… c’est encore Amazon qui rigole ! Non considérés par le gouvernement comme tenant des commerces de produits de première nécessité, à l’instar de ce qui s’était passé en mars, les libraires et les disquaires indépendants ont senti leur colère redoubler en constatant, le 30 octobre, premier jour du reconfinement, que les Fnac restaient ouvertes au prétexte qu’elles vendent du matériel informatique. Pour les libraires, le Syndicat de la librairie française (SLF) est immédiatement monté au…

Il reste 88% de l'article à lire.

   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 5€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notifications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.