Denis Sieffert : Les pieds dans le plat de la gauche

Denis Sieffert analyse les « questions qui fâchent » à gauche, terrain que laboure régulièrement Politis, dont il accompagne les réflexions politiques depuis trois décennies.,

Patrick Piro  • 27 janvier 2021 abonné·es
Denis Sieffert : Les pieds dans le plat de la gauche
L’avatar social-démocrate, né sous Mitterrand, a précipité le délitement.
© AFP

La plume de Denis Sieffert interroge depuis longtemps, à Politis, les sujets « qui fâchent » à gauche. Dans son dernier essai, l’éditorialiste est allé creuser dans les fractures, profondément mais sans jouissance : il se dit que la gauche pourrait disparaître, terme qui a même perdu son sens dans l’arène politique. Et donc qu’il est nécessaire de comprendre où s’est perdu l’idéal, pour identifier comment le revitaliser.

L’auteur plonge aux racines d’un mouvement né il y a deux siècles dans le combat social et la soif d’émancipation de la classe ouvrière, pour en rappeler les gènes mais surtout caractériser, par contraste, les renoncements des formations politiques qui en ont hérité. Des révolutionnaires aux radicaux, en passant par les réformistes doux, « c’est le drame général de la gauche que de manquer de référence durablement positive ». L’avatar social-démocrate, né sous Mitterrand, a précipité le délitement. Abandon des combats sociaux, reddition à la doxa économiste et financière néolibérale… Sans s’attarder sur les terrains attendus d’une rupture entre une gauche « de combat » et celle qui s’est décrédibilisée à l’exercice du pouvoir, Sieffert pioche des fâcheries plus contemporaines.  

Le « progrès » : même si les idées écologistes ont gagné la bataille culturelle, le productivisme et la fascination technologique ne sont pas enterrés à gauche. Plus souterrain, et ravageur : l’absolutisme de la République, brandie comme « universelle et indivisible », et le dévoiement du principe de laïcité, couvrant des manœuvres « souvent antisociales et parfois franchement racistes » (accusations de « communautarisme », menace de « séparatisme », etc.), ou encore la tentative de museler tout débat (être ou ne pas être Charlie). Puis l’auteur fait basculer son propos sur le cas Mélenchon, abordant la question de la démocratie, modalité que le tribun « rejette ouvertement ». Lui « qui a autant enchanté la gauche qu’il l’a désespérée » est dépeint comme incarnant de manière répulsive de vieilles lubies de gauche – culte du commandant suprême, posture antisystème et anti-américaine jusqu’à épargner Poutine, Assad et même parfois Trump, populisme, etc.

Y consacrer quatre chapitres risque de faire apparaître le démontage comme un règlement de comptes. À ce stade s’éclaire l’intention sous-jacente de Sieffert : prendre résolument parti contre la candidature Mélenchon pour 2022, tant le chef de La France insoumise rejette toute démarche collective pouvant déboucher sur une candidature commune de la gauche et de l’écologie, seule voie, juge l’auteur, pour ranimer l’espoir au sein d’une gauche « de valeurs », bien vivace et inventive, elle, au sein des mouvements citoyens et associatifs.

Gauche : les questions qui fâchent… Et quelques raisons d’espérer, Denis Sieffert, éd. Les Petits matins, 229 p., 16 euros.

Idées
Temps de lecture : 2 minutes

Pour aller plus loin…

« Le RN prospère sur la crise d’identité nationale qui frappe la France depuis 40 ans »
Entretien 16 juillet 2024 abonné·es

« Le RN prospère sur la crise d’identité nationale qui frappe la France depuis 40 ans »

La Ve République est tombée dans une impasse politique. Gilles Richard, historien des droites du XXe siècle, esquisse la possibilité d’un rapprochement entre les droites néolibérales et européistes au Parlement. Et redoute qu’Emmanuel Macron n’active l’article 16 de la Constitution.
Par Tristan Dereuddre
Contre la haine en cravate
Histoire 16 juillet 2024 abonné·es

Contre la haine en cravate

L’actualité française et internationale nous rappelle tout l’intérêt de l’enquête de l’historien Mark Bray sur l’antifascisme de 1945 jusqu’à nos jours, des deux côtés de l’Atlantique.
Par Olivier Doubre
Le pluralisme des médias, cible de l’extrême droite
Médias 11 juillet 2024

Le pluralisme des médias, cible de l’extrême droite

Spécialiste en sciences de la communication, François Jost montre le danger pour la démocratie de la concentration des médias entre des grands groupes privés. Et dénonce comment les médias Bolloré contournent leur obligation légale de pluralisme des opinions.
Par Olivier Doubre
Laissez les personnes non-blanches faire de la politique !
Chronique 11 juillet 2024

Laissez les personnes non-blanches faire de la politique !

Kaoutar Harchi souligne la place centrale des militants des quartiers populaires au sein de la gauche, dont certains ont pu accéder aux bancs de l’Assemblée nationale. Et qui laissent espérer pour ce pays un autre avenir que celui qui semblait, le 7 juillet, scellé.
Par Kaoutar Harchi