Inceste : « Si l’on dit que ce sont des dingues, on dépolitise »

Selon l’anthropologue Dorothée Dussy, l’affaire Olivier Duhamel est emblématique du « faux tabou » qu’est l’inceste, largement répandu et toléré par la société.

Nolwenn Weiler  • 13 janvier 2021 abonné·es
Inceste : « Si l’on dit que ce sont des dingues, on dépolitise »
© Sandrine Marty / Hans Lucas / Hans Lucas via AFP

L’inceste est un « faux tabou », en réalité largement admis par nos sociétés. C’est la conclusion de Dorothée Dussy, anthropologue, qui a enquêté pendant des années auprès des victimes et de leurs agresseurs. Elle rappelle que l’incesteur est le plus souvent un homme banal, a priori insoupçonnable, comme l’était Olivier Duhamel, accusé récemment d’avoir violé son beau-fils pendant des années.

Dans votre ouvrage, vous rappelez que le nombre de personnes ayant l’expérience de l’inceste « est à la limite de l’épouvante » et estimez que c’est un phénomène « banal », qui structure nos sociétés. -Pourquoi ?

Dorothée Dussy : Ce que disent les chiffres, avec une stabilité consternante depuis que l’on a commencé à enquêter sur le sujet dans les pays occidentaux (au début des années 1950), c’est que 5 à 10 % des enfants sont incestés. Si l’on prend au sérieux cette prévalence, qui est stable et transversale à tous les milieux sociaux, on est obligé de se dire que c’est structurel. On ne peut pas faire comme s’il s’agissait de faits divers conjoncturels sans lien les uns avec les autres. Et ces chiffres ne bougent pas, en dépit des divers bouleversements qui agitent la société. Un événement tel que Mai 68, qui a entraîné des changements de mentalité majeurs, n’a eu aucun impact sur la prévalence de l’inceste. La société fonctionne, malgré tous ces enfants massacrés. Elle ne semble pas gênée par le fait que beaucoup d’hommes aient des rapports sexuels avec qui bon leur semble, y compris des enfants. Pour le moment, ce qui fait dysfonctionner la société, c’est quand la violence est dévoilée.

Quelle est la particularité de l’inceste par rapport aux autres violences sexuelles ?

L’inceste représente un paroxysme de domination, puisque la relation entre un adulte et un enfant est totalement asymétrique, plus encore que dans les autres formes de viol. Ce qui distingue aussi l’inceste, c’est qu’il y a de l’attachement entre le bourreau et sa victime, et que les violences sont reconduites à maintes reprises. Un père qui viole sa fille ou un grand cousin sa petite cousine ne le font pas qu’une seule fois. Souvent, il y a une érotisation de la situation, c’est-à-dire qu’il n’est pas rare que l’incesté éprouve une forme de plaisir sexuel. C’est d’ailleurs cela qui fracasse les victimes. On est un objet sexuel, mais il se trouve que l’on est aussi une personne et que la stimulation des organes sexuels, malgré la douleur, le dégoût et la terreur, peut entraîner du plaisir.

Ajoutons la contradiction dans laquelle les victimes sont obligées de vivre, avec d’un côté le discours social et familial qui dit que la famille protège les enfants – et c’est en partie vrai puisqu’on apprend aux enfants à faire attention en traversant la route pour ne pas se faire écraser, par exemple – et de l’autre une tolérance face à quelqu’un qui vous agresse pendant des années.

Vous expliquez que les viols incestueux sont des « viols d’aubaine ». Que voulez-vous dire ?

Je parle de viol d’aubaine pour « dépathologiser » le viol incestueux, que l’on aimerait tant pouvoir associer à la figure de monstres. Il faut arrêter avec ça. L’incesteur est le plus souvent un homme banal. De ce point de vue, Olivier Duhamel est un cas d’école. C’est un homme intelligent, bien inséré socialement, à l’aise dans son corps. On ne peut pas faire de lui un sociopathe. Camille Kouchner le dit, d’ailleurs : elle l’adorait, c’était un mec sympa, qui lui avait appris le droit. Dans leur maison de vacances, il y avait beaucoup de liberté, les gens étaient chouettes, on pouvait compter sur eux. Mais il se trouve que ce mec très chouette est un violeur, qui s’autorise, quand il en a envie, à prendre comme jouet sexuel son beau-fils, et ce pendant des années. Si l’on dit que ce sont des dingues, on dépolitise la question, on les déresponsabilise, on s’interdit de réfléchir.

Vous insistez sur le fait que l’interdit de l’inceste est purement théorique. C’est un « faux tabou », en fait largement admis. Pouvez-vous préciser ?

Comme le montre très bien le cas d’Olivier Duhamel, l’inceste est toujours un secret de polichinelle. Une large partie de l’entourage savait ! L’ancienne ministre de la Culture Aurélie Filippetti avait averti le directeur de Sciences Po en 2019 que des faits d’inceste étaient reprochés à Olivier Duhamel. Cela n’a pas empêché le directeur de lui confier, en septembre 2020, la leçon inaugurale de rentrée de l’institut, qui s’adresse à un très large public. La révélation n’altère pas les relations avec le violeur. Cela ne modifie pas grand-chose. Tout cela révèle notre indulgence, voire notre complaisance, vis-à-vis du bon plaisir des hommes ; nous vivons dans un monde de patriarches et de domination masculine. C’est particulièrement vrai en France, où les victimes ont d’immenses difficultés à être soutenues et entendues.

S’il y a un interdit, ce n’est pas de violer les enfants de la famille, mais plutôt de parler des incesteurs. On stigmatise l’acte, mais on banalise l’acteur. Les campagnes de sensibilisation à l’inceste, par exemple, s’adressent toujours aux victimes et jamais aux auteurs. Comme si ce n’était pas eux, le problème. Or, pour incester des millions d’enfants, il faut du monde. Précisons qu’ils savent, bien évidemment, que ce qu’ils font n’est pas autorisé, mais ils s’en accommodent. Et ce n’est pas une question de « pulsion ». La preuve : ils s’organisent pour se cacher, et intiment toujours à leurs victimes de se taire.

Vu le nombre d’incestés, et donc d’incesteurs, il est très probable qu’il y ait des violeurs sur les bancs de -l’Assemblée nationale, ou encore au sein du Conseil constitutionnel, lequel a -retoqué -plusieurs fois les lois sur l’allongement du délai de prescription des crimes d’inceste. C’est logique, car personne ne renonce facilement à ses privilèges. Mais c’est un vrai problème, qui participe à la reconduction de l’inceste.

Pour vous, « il n’y a pas besoin que tout le monde soit incesté pour que l’ensemble de la société soit éclaboussé par l’inceste ». C’est-à-dire ?

L’inceste ne se réduit pas aux faits sexuels mais les déborde largement pour maculer et organiser les relations entre les gens de la famille au quotidien. Il faut donc ajouter au comptage des victimes de l’inceste les frères, sœurs, conjointes, et bien d’autres. Il y a pour tout le monde une incorporation de la peur et de la grammaire du silence. On va s’habituer à se taire dans sa vie professionnelle, amicale ou sportive, parce que c’est ce avec quoi on a été construit. On va considérer comme normal de se taire et d’être aveugle quand une agression a lieu devant nous. Combien d’entre nous ont fait cette expérience d’une agression dans les transports en commun où personne ne bouge, même si c’est bondé ? On a intériorisé qu’il faut se taire si un rapport de domination se manifeste devant nous.

Pensez-vous qu’il y aura un « MeToo » de l’inceste ? Qu’est-ce que cela pourrait apporter aux victimes ? Et à la société ?

« MeToo » a généré des dévoilements en cascade, en grande partie grâce à l’outil Internet, qui a permis à des millions de femmes de témoigner sans avoir à chercher un éditeur pour écrire un livre. C’est important que les victimes parlent, à condition évidemment qu’on les écoute (ce qui n’est pas toujours le cas). Mais ce n’est pas parce qu’il y a un dévoilement qu’il y a un changement du système. Cela fait des décennies qu’il y a des faits divers médiatisés, et les mécanismes de l’inceste n’ont pas été enrayés pour autant.

Par ailleurs, si l’on décidait, là, tout de suite, de prendre en charge l’ensemble des victimes d’inceste, qu’est-ce qu’on en ferait ? Il y en a tellement. Combien de structures faudrait-il ouvrir ? Personne n’est suffisamment outillé pour penser l’étendue de la violence et prendre en charge les victimes, y compris parmi les professionnels du soin et de la justice. L’immensité de la tâche contribue au fait que l’on ne s’attaque pas vraiment à ce système. Qui sait ce qu’il faut faire quand on reçoit le dévoilement de violences ? Si l’on soupçonne quoi que ce soit, on est bien embêté. Moi y compris.

En attendant de trouver des dispositifs adéquats dans une société idéale, que peut-on faire ?

Deux choses pourraient, peut-être, transformer en profondeur la société. D’abord, un changement de mentalité dans la socialisation des petits garçons, car si tous les hommes ne sont pas des violeurs, l’immense majorité des violeurs sont des hommes. Il faudrait leur apprendre à ne pas être concentrés uniquement sur leur bon plaisir ; et à ne pas prendre toute la place dans la cour de récré pour jouer au foot, parce qu’ils le valent bien (entre autres). Avoir de plus en plus de femmes journalistes, éditrices ou députées pourrait aussi changer la donne. Car ce sont des postes qui leur offrent la possibilité d’avoir une parole publique et de définir le fonctionnement de notre société. Cela pourrait aider à ébrécher le silence autour de l’inceste.

Par Nolwenn Weiler, journaliste à Basta!

À lire : Le Berceau des dominations. Anthropologie de l’inceste 1, Dorothée Dussy, La Discussion, 2013. Épuisé, ce livre sera réédité chez Pocket en avril.

Société
Temps de lecture : 9 minutes

Pour aller plus loin…

L’expulsion du « En Gare » à Montreuil menace des sans-papiers
Entretien 24 mai 2024 abonné·es

L’expulsion du « En Gare » à Montreuil menace des sans-papiers

Une vingtaine de personnes, pour la plupart sans papiers, vivaient dans ce squat montreuillois. Elles risquent d’être expulsées du pays, craint un coordonnateur du lieu qui nous expose les raisons et conséquences de cette opération de police.
Par Pauline Migevant
À la maison, à l’école, en ligne ou dans la rue : les violences LGBTIphobes sont partout
Violences 17 mai 2024 abonné·es

À la maison, à l’école, en ligne ou dans la rue : les violences LGBTIphobes sont partout

Deux rapports, l’un de SOS Homophobie, l’autre de l’Observatoire LGBTI+ de la Fondation Jean Jaurès révèlent, en cette Journée internationale de lutte contre l’homophobie et la transphobie, l’insécurité dans laquelle vivent les personnes LGBT et ce, dès leur plus jeune âge.
Par Hugo Boursier
Mobilisations étudiantes pour Gaza : « Un véritable tournant répressif »
Jeunesse 17 mai 2024 abonné·es

Mobilisations étudiantes pour Gaza : « Un véritable tournant répressif »

Multiplication des interventions policières, fermeture des lieux d’études, annulation ou interdiction de conférences : la répression des étudiants en raison de leur mobilisation pour le peuple palestinien est devenue la seule réponse des universités.
Par Léa Lebastard
« L’inceste, c’est toute une vie de silence »
Entretien 16 mai 2024 abonné·es

« L’inceste, c’est toute une vie de silence »

Dans un entretien donné à Politis, l’anthropologue Dorothée Dussy décrit les mécanismes du silence autour de l’inceste empêchant les victimes d’être entendues.
Par Pauline Migevant