Dossier : Précarité menstruelle : La bataille de l’intime

Précarité menstruelle : Des règles injustes

Alors qu’elle touche 2 millions de personnes en France, la précarité menstruelle reste méconnue du grand public. En cause : un tabou millénaire. Mais des associations et certains politiques s’activent.

Le regard se fige. On se lève maladroitement. On s’excuse auprès des personnes alentour et on se précipite, plus ou moins discrètement, vers les premiers w.-c. que l’on trouve. Une fois dans la cabine, on constate les dégâts : les règles sont arrivées. On ne s’y attendait pas. On n’a rien pour se protéger. On jette un regard… Il n’y a rien, sinon du papier toilette. Qu’à cela ne tienne ! On en enroule un peu autour du doigt et on dépose l’amas de papier au fond de la culotte en espérant qu’il tienne.

Pour qui a les moyens de s’acheter des protections périodiques, cette anecdote est un désagrément passager, capable de gâcher une journée. Le traumatisme s’arrête là. Mais, en France, la difficulté ou l’impossibilité quotidienne, pour des raisons financières, de se procurer serviettes ou tampons concerne plus de deux millions de femmes et d’hommes trans. C’est ce que l’on appelle la précarité menstruelle.

Étudiant·es, lycéen·nes, collégien·nes, personnes sans domicile fixe ou résidant en foyer, détenu·es… La liste des concerné·es par la précarité menstruelle est longue. Et pour cause : selon un calcul du journal Le Monde, on estime à 3 800 euros le budget nécessaire pour se protéger et réduire les douleurs dues aux règles durant sa période de fertilité (en moyenne trente-neuf ans). À cela s’ajoutent une visite gynécologique annuelle et des dépenses textiles accrues (linge de lit, sous-vêtements…). Au total, avoir ses règles coûterait près de 10 euros par mois. Une somme anecdotique pour beaucoup. Mais, pour les personnes précaires, cette dépense peut constituer près de 5 % du budget mensuel. Un gouffre financier.

Selon une étude nationale réalisée par l’Ifop en 2019 pour l’association Dons solidaires, 8 % des femmes ne disposent pas toujours de suffisamment de protections hygiéniques par manque d’argent, 7 % utilisent du papier toilette ou autre chose à la place et 10 % renoncent à changer de protections aussi souvent que nécessaire. 6 % des personnes interrogées pour cette étude confient également que leurs filles ne vont pas à l’école durant la période de règles.

Il reste 77% de l'article à lire.

   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notifications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.