Dossier : Précarité menstruelle : La bataille de l’intime

Précarité menstruelle : Le patriarcat « sang » dessus dessous

Des femmes et des hommes se battent pour briser le tabou historique des règles féminines. Et certains pouvoirs publics s'attaquent au problème sous l'angle de la précarité et du sanitaire.

Cet article est en accès libre. Politis ne vit que par ses lecteurs, en kiosque, sur abonnement papier et internet, c’est la seule garantie d’une information véritablement indépendante. Pour rester fidèle à ses valeurs, votre journal a fait le choix de ne pas prendre de publicité sur son site internet. Ce choix a un coût, aussi, pour contribuer et soutenir notre indépendance, achetez Politis, abonnez-vous.


Elles empêchent les mayonnaises et les béchamels de monter. Elles font tourner le vin, dérèglent les horloges. Elles noircissent le sucre et font faner les fleurs. Elles laissent des marques ou blessent les nouveau-né·es et font pourrir les aliments. Elles portent la poisse au jeu. Elles portent malheur tout court. Selon Pline l’Ancien, elles peuvent même anéantir un essaim d’abeilles. Depuis des millénaires, les menstruations sont l’objet de nombreuses superstitions, et les personnes qui ont leurs règles, de discriminations. Si la science est parvenue à déconstruire un tant soit peu ces croyances, la philosophie attenante imprègne encore nos sociétés : le sang menstruel est sale, impur. Et les personnes qui le produisent et l’expulsent sont maudites.

Maudites, elles le sont encore aujourd’hui, car condamnées à débourser chaque mois des sommes importantes pour s’en protéger, pour s’en cacher. Quant à celles qui n’ont pas les moyens de s’offrir des tampons, des serviettes ou des protège-slips, elles sont les premières concernées par la précarité menstruelle. Maudites ensuite, tant la société patriarcale refuse de connaître et de reconnaître cet état naturel que sont les règles. Heureusement, les mentalités changent et des femmes et des hommes se battent pour briser le tabou. À la faveur d’une certaine parité politique, certains pouvoirs publics ont pris les choses en main. L’Irlande, le Kenya et la Malaisie ont supprimé la TVA sur ces produits. Récemment, l’Écosse en a annoncé la gratuité totale.
Mais il reste une inconnue de taille : la santé. Les matières contenues dans les protections périodiques peuvent être toxiques et nécessitent un contrôle renforcé.
La « bataille de l’intime » est loin d’être terminée.


Haut de page

Voir aussi

La peste Zemmour

Politique accès libre
par ,

 lire   partager

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notifications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.