Précarité menstruelle : Le patriarcat « sang » dessus dessous

Des femmes et des hommes se battent pour briser le tabou historique des règles féminines. Et certains pouvoirs publics s’attaquent au problème sous l’angle de la précarité et du sanitaire.

Agathe Mercante  • 13 janvier 2021
Partager :
Précarité menstruelle : Le patriarcat « sang » dessus dessous
© Monika Kozub/Unsplash

Elles empêchent les mayonnaises et les béchamels de monter. Elles font tourner le vin, dérèglent les horloges. Elles noircissent le sucre et font faner les fleurs. Elles laissent des marques ou blessent les nouveau-né·es et font pourrir les aliments. Elles portent la poisse au jeu. Elles portent malheur tout court. Selon Pline l’Ancien, elles peuvent même anéantir un essaim d’abeilles. Depuis des millénaires, les menstruations sont l’objet de nombreuses superstitions, et les personnes qui ont leurs règles, de discriminations. Si la science est parvenue à déconstruire un tant soit peu ces croyances, la philosophie attenante imprègne encore nos sociétés : le sang menstruel est sale, impur. Et les personnes qui le produisent et l’expulsent sont maudites.

Maudites, elles le sont encore aujourd’hui, car condamnées à débourser chaque mois des sommes importantes pour s’en protéger, pour s’en cacher. Quant à celles qui n’ont pas les moyens de s’offrir des tampons, des serviettes ou des protège-slips, elles sont les premières concernées par la précarité menstruelle. Maudites ensuite, tant la société patriarcale refuse de connaître et de reconnaître cet état naturel que sont les règles. Heureusement, les mentalités changent et des femmes et des hommes se battent pour briser le tabou. À la faveur d’une certaine parité politique, certains pouvoirs publics ont pris les choses en main. L’Irlande, le Kenya et la Malaisie ont supprimé la TVA sur ces produits. Récemment, l’Écosse en a annoncé la gratuité totale.
Mais il reste une inconnue de taille : la santé. Les matières contenues dans les protections périodiques peuvent être toxiques et nécessitent un contrôle renforcé.
La « bataille de l’intime » est loin d’être terminée.

Société
Temps de lecture : 2 minutes
Soutenez Politis, faites un don.

Chaque jour, Politis donne une voix à celles et ceux qui ne l’ont pas, pour favoriser des prises de conscience politiques et le débat d’idées, par ses enquêtes, reportages et analyses. Parce que chez Politis, on pense que l’émancipation de chacun·e et la vitalité de notre démocratie dépendent (aussi) d’une information libre et indépendante.

Faire Un Don

Pour aller plus loin…

« Avec ce qu’il se passe en Palestine, je ne peux pas ne pas voter »
Reportage 29 mai 2024 abonné·es

« Avec ce qu’il se passe en Palestine, je ne peux pas ne pas voter »

Ce 28 mai au soir, des milliers de personnes, dont une majorité de jeunes, se sont réunies place de la République en soutien à la Palestine, avant de se retrouver pour certain·es au « Manifestival » organisé par Louis Boyard. Sébastien Delogu, le député ayant brandi un drapeau palestinien à l’Assemblée, y est apparu.
Par Éléna Roney
Un observatoire pour recenser les atteintes à la liberté de la presse en France
Presse 28 mai 2024 abonné·es

Un observatoire pour recenser les atteintes à la liberté de la presse en France

L’Observatoire français des atteintes à la liberté de la presse (Ofalp) s’est lancé le 24 mai lors d’une rencontre publique, réunissant citoyens et journalistes. Il entend recenser et rendre publiques les entraves au droit d’informer, en publiant un rapport annuel.
Par Clémence Le Maître
Rafah : « J’attends de l’État français qu’il dénonce ce génocide »
Palestine 28 mai 2024 abonné·es

Rafah : « J’attends de l’État français qu’il dénonce ce génocide »

Environ 10 000 personnes se sont rassemblées dans la soirée du lundi 27 mai dans les rues de Paris, suite au bombardement d’un camp de déplacés à Rafah. D’autres manifestations en France ont eu lieu. La frappe israélienne, qui a eu lieu la veille au mépris du droit international, a tué au moins 45 réfugiés palestiniens.
Par Tristan Dereuddre
Après l’expulsion du squat « En gare » à Montreuil, un homme maintenu en rétention
Reportage 27 mai 2024 abonné·es

Après l’expulsion du squat « En gare » à Montreuil, un homme maintenu en rétention

Suite à l’action des forces de l’ordre le 23 mai, deux personnes ayant reçu des OQTF ont été placées 48 h en rétention administrative à Bobigny. Le lendemain, Politis s’y est rendu avec Alexis Corbière, député LFI exerçant son droit de visite. Depuis, l’un des hommes a pu sortir, l’autre a été transféré en centre de rétention administrative.
Par Pauline Migevant