Se libérer des entreprises « libérées »

La sociologue Danièle Linhart décortique un artifice managérial renforçant l’emprise patronale en niant la conflictualité.

C’est une formule magique qui s’impose depuis quinze ans comme une nouvelle doxa managériale : libérer les salariés des règles qui encadrent le travail, placer l’autonomie et la bienveillance au cœur des entreprises, serait gage d’enthousiasme et de prospérité. C’est le schéma des « entreprises libérées », qui séduit des PME comme des grands groupes et semble incarner une (ré)humanisation de l’organisation du travail. En décortiquant les expériences montrées en exemple et grâce à une profondeur d’analyse…

Il reste 81% de l'article à lire.

   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

La guerre des universalismes

Idées
par ,

 lire   partager

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notfications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.