Aziz Mohammed : La révolte des cellules

Le poète Aziz Mohammed offre à travers le cas d’un jeune cancéreux le portrait drôle et cruel d’une Arabie saoudite en mal de sens.

Pour Aziz Mohammed, le Journal de Kafka est bien plus qu’une référence. En affirmant dès le titre de son livre, Le Cas critique du dénommé K., la relation de son premier roman à ce chef-d’œuvre de l’intime, l’auteur en fait une terre d’origine. C’est aussi celle de son narrateur anonyme, employé d’une entreprise qu’il nomme « Compagnie pétro-chimique orientale » par prudence – « on ne sait jamais, un fouille-merde pourrait un jour tomber sur ce que j’ai écrit » – et parce que le personnage d’un roman de…

Il reste 79% de l'article à lire.

   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notifications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.