Aziz Mohammed : La révolte des cellules

Le poète Aziz Mohammed offre à travers le cas d’un jeune cancéreux le portrait drôle et cruel d’une Arabie saoudite en mal de sens.

Anaïs Heluin  • 3 mars 2021 abonné·es
Aziz Mohammed : La révolte des cellules
© Faisal Al Nasser/AFP

Pour Aziz Mohammed, le Journal de Kafka est bien plus qu’une référence. En affirmant dès le titre de son livre, Le Cas critique du dénommé K., la relation de son premier roman à ce chef-d’œuvre de l’intime, l’auteur en fait une terre d’origine. C’est aussi celle de son narrateur anonyme, employé d’une entreprise qu’il nomme « Compagnie pétro-chimique orientale » par prudence – « on ne sait jamais, un fouille-merde pourrait un jour

Envie de terminer cet article ? Nous vous l’offrons !

Il vous suffit de vous inscrire à notre newsletter hebdomadaire :

Vous préférez nous soutenir directement ?
Déjà abonné ?
(mot de passe oublié ?)
Littérature
Temps de lecture : 2 minutes