« Résine », d'Elodie Shanta : Une sorcière… et la ville brûle

Derrière Résine, héroïne ultramalicieuse, se trouvent une auteure et une maison d’édition résolument féministes. Pour tout âge.

R ésine est une relecture affranchie et féministe de la sorcière, l’air de rien. Loin des études historiques, sociologiques et militantes, qui reviennent sur cette figure et des femmes bien réelles, loin aussi de la fantasy, assez souvent sexiste, la bande dessinée d’Elodie Shanta prend un contre-pied réjouissant. Et qui, paradoxalement, donne envie de lui accoler nombre de qualificatifs un poil genrés ou kawaï (mignon en japonais), entre petite merveille, ton espiègle et aplats pastel. Imaginons donc un…

Il reste 89% de l'article à lire.

   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notfications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.