Du trop d’images

Annie Le Brun poursuit, ici avec Juri Armanda, son combat contre l’obsédante quête de visibilité.

La grimace comme subversion. Voilà ce que la jeunesse hongkongaise a inventé pour résister à la dictature des caméras de reconnaissance faciale. Acte en soi dérisoire bien sûr, mais qui montre le chemin de l’insoumission, et qui n’a pas échappé aux deux auteurs de Ceci tuera cela. Car, comme toujours chez Annie Le Brun, c’est de résistance qu’il est question dans cet ouvrage coécrit avec le critique d’art Juri Armanda. Dans le sillage historique de Walter Benjamin, les essayistes nous livrent une critique…

Il reste 83% de l'article à lire.

   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notfications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.