Le cinéma redevient permanent

Quelles sont les perspectives des salles qui rouvrent leurs portes ? Des réponses avec deux exploitantes, à Bayonne et à Loudéac.

Enfin ! Alors que les cinémas, avec tous les autres lieux culturels, rouvrent leurs portes ce 19 mai, l’émotion est grande, partagée par les spectateurs et les exploitants. Une joie qui n’est pas sans un fond d’inquiétude. Chacun a conscience que la situation reste fragile et que les pouvoirs publics peuvent à tout moment opter pour des mesures de restriction en fonction des aléas de la pandémie. L’expérience vécue en décembre 2020 a laissé des souvenirs amers. Après six semaines de confinement, les salles étaient fin prêtes pour rouvrir le 15 décembre, ainsi que l’exécutif l’avait laissé entendre. Las, le redémarrage n’eut pas lieu, coupant net toutes les énergies remobilisées. La longue période qui s’est alors ouverte fut pleine d’incertitude et dénuée de perspectives, c’est-à-dire foncièrement décourageante.

« On a connu une forme d’usure. Les liens avec le public ont été plus difficiles à maintenir. De même que les relations professionnelles », témoigne Sylvie Larroque, codirectrice et programmatrice de l’Atalante, à Bayonne (Pyrénées-Atlantiques), l’une des deux salles de cinéma, différentes dans leur profil, auxquelles nous nous sommes adressés pour savoir comment elles envisagent la reprise.

Dans une ville de plus de 50 000 habitants (agglomération de 250 000 habitants), l’Atalante est une salle associative art et essai, dotée de trois écrans, très cinéphile, avec une équipe particulièrement dynamique. Tout comme l’est celle du Quai des images, dirigée par Isabelle Allo, cinéma municipal et généraliste, projetant sur deux écrans des films art et essai et grand public, situé à Loudéac (Côtes-d’Armor), ville de près de 10 000 habitants dans un environnement rural.

Garder le lien avec les spectateurs était essentiel : les initiatives n’ont pas manqué.

Il reste 69% de l'article à lire.

   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notifications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.