Dossier : Migrants : l'État s'acharne sur les solidaires

Migrants : L’État s’acharne sur les solidaires

Dans les Alpes, à Calais ou ailleurs, le pouvoir mobilise toujours la justice pour décourager celles et ceux qui sauvent pourtant l’honneur du pays en matière d'accueil.

Cet article est en accès libre. Politis ne vit que par ses lecteurs, en kiosque, sur abonnement papier et internet, c’est la seule garantie d’une information véritablement indépendante. Pour rester fidèle à ses valeurs, votre journal a fait le choix de ne pas prendre de publicité sur son site internet. Ce choix a un coût, aussi, pour contribuer et soutenir notre indépendance, achetez Politis, abonnez-vous.


L es nouveaux justes » : en février 2018, Politis célébrait dans un dossier spécial les femmes et les hommes bravant les obstacles de l’État pour accueillir les migrants, aux frontières comme dans les villes. En juillet 2018, nous célébrions en une les limitations posées par le Conseil constitutionnel au délit de solidarité. Trois ans plus tard, non seulement le pouvoir mobilise toujours la justice pour décourager celles et ceux qui sauvent l’honneur du pays des droits de l’homme, mais il a trouvé de nouveaux moyens, plus insidieux, pour saper le secours aux exilé·es, sur les cols italiens, à Calais ou ailleurs.


Haut de page

Voir aussi

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notifications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.