Quelle cuisson, pour votre gauche ?

Qui es-tu, Olivier Faure, pour me priver de mon wok ?

Cet article est en accès libre. Politis ne vit que par ses lecteurs, en kiosque, sur abonnement papier et internet, c’est la seule garantie d’une information véritablement indépendante. Pour rester fidèle à ses valeurs, votre journal a fait le choix de ne pas prendre de publicité sur son site internet. Ce choix a un coût, aussi, pour contribuer et soutenir notre indépendance, achetez Politis, abonnez-vous.


Je n’ai toujours pas bien compris pourquoi – et à quel titre – Olivier Faure, premier secrétaire du PS, se sent autorisé à dire ce que la gauche doit être et faire, mais le fait est que le gars semble être passé en mode coach de vie, et qu’il vient encore de lui distribuer, lors de l’université d’été de son parti, de tranchantes prescriptions. Il a ainsi (et notamment) proclamé : « La gauche, plutôt que de s’égarer sur les chemins du woke, doit fermement s’ancrer aux valeurs de l’universalisme républicain. »

Et ça, me suis-je d’abord dit en découvrant cette harangue, c’est quand même fort de café, parce qu’attends : c’est pas parce que t’as semble-t-il bloqué sur les cocottes en fonte émaillée que tu peux tout te permettre, hein ? Si j’aime faire sauter mes nouilles au seitan sans les noyer dans l’huile, qui es-tu, sérieusement, pour me priver de mon wok ?

Puis j’ai tout de même réalisé que je m’étais mépris et que le patron du PS ne parlait pas du tout de nos ustensiles de cuisson, mais bien du « woke », avec un « e » à la fin.

Fort bien, mais qu’est-ce ?

Il s’agit, d’après Wikipédia, d’un « terme anglo-américain » qui peut se traduire en français par « éveillé », qui « désigne le fait d’être conscient des problèmes liés à la justice sociale et à l’égalité raciale », et qui « s’applique à toute personne qui serait consciente des injustices de l’oppression qui pèse sur les minorités ».

Par conséquent, la directive d’Olivier Faure doit en réalité être comprise comme suit : « La gauche, plutôt que de s’égarer sur les chemins de la prise de conscience des injustices de l’oppression qui pèse sur les minorités, doit fermement s’ancrer aux valeurs de l’universalisme républicain. »

Dès lors : tout s’éclaire – et il faut concéder au boss des socialistes qu’il a du moins le mérite d’une relative sincérité.

Car, de fait, la dernière fois que son parti a été aux affaires, il a (encore) procédé (à grands coups de 49.3) à l’imposition de réformes antisociales. La dernière fois que le PS a été aux affaires, son président en exercice – l’inoubliable M. Hollande – a très calmement excrété, dans le cours d’entretiens avec deux journalistes du Monde (1), et à l’unisson de l’extrême droite plurielle (2), qu’il y avait « trop d’arrivées, d’immigration qui ne devrait pas être là ». La dernière fois que le PS a été aux affaires, son Premier ministre en exercice – l’oublié M. Valls – a très posément craché que « les Roms » avaient vocation « à revenir en Roumanie ou en Bulgarie ».

De sorte qu’en effet : ce parti s’est régulièrement illustré par son indifférence aux problèmes liés à la justice sociale et à l’égalité raciale, et par son insensibilité aux afflictions des minorités.

Et du coup je comprends soudain pourquoi je ne comprenais pas pourquoi – et à quel titre – Olivier Faure se sent autorisé à dire ce que la gauche doit être et faire : c’est parce que tout ça ressemble quand même beaucoup à la droite.

(1) Un président ne devrait pas dire ça, de Gérard Davet et Fabrice Lhomme, Stock, 2016.

(2) Copyright Pierre Tevanian.


Haut de page

Voir aussi

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notifications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.