Total : Un demi-siècle de déni et de mensonges

Selon un rapport très documenté, le pétrolier Total connaissait les effets des énergies fossiles sur le changement climatique mais a savamment orchestré sa communication externe pour entretenir la confusion et verdir son image. Récit.

Vanina Delmas  • 20 octobre 2021 abonné·es
Total : Un demi-siècle de déni et de mensonges
© HENDRIK SCHMIDT / dpa-Zentralbild / dpa Picture-Alliance via AFP

En 1971, les cadres de l’entreprise Total, ses employés, mais aussi la plupart de ses partenaires commerciaux, économiques et politiques ont certainement feuilleté, voire lu, l’un des six mille exemplaires de la revue Total information. Leur attention s’est peut-être portée sur un titre détonnant à l’époque : « La pollution atmosphérique et le climat », écrit par François Durand-Dastès, l’un des spécialistes des connaissances climatologiques à l’époque. L’article indique noir sur blanc : « Si la consommation de charbon et de pétrole garde le même rythme dans les années à venir, la concentration de gaz carbonique pourrait atteindre 400 parties par million vers 2010 […]. Cette augmentation de la teneur est assez préoccupante […]. Les ordres de grandeur calculés sont évidemment faibles, mais pourraient avoir des effets importants. La circulation atmosphérique pourrait s’en trouver modifiée, et il n’est pas impossible, selon certains,

Envie de terminer cet article ? Nous vous l’offrons !

Il vous suffit de vous inscrire à notre newsletter hebdomadaire :

Vous préférez nous soutenir directement ?
Déjà abonné ?
(mot de passe oublié ?)
Écologie
Temps de lecture : 9 minutes