Vie et mort des Mapuches

La venue en France de Trewa, État-nation ou le spectre de la trahison de Paula González Seguel, est un événement autant politique que théâtral.

Sens interdits a de la suite dans les gestes et dans les idées. Il y a quelques semaines (lire Politis, no 1676), nous parlions de l’ouverture chilienne de la 7e édition de ce festival très international, tourné vers les théâtres qui résistent, notamment en préservant des mémoires menacées et des récits étouffés. Après des virées du côté du Liban, du Kosovo, de la Russie ou encore de la Grèce, les derniers jours de l’événement qui se tient dans plusieurs lieux lyonnais nous ont ramenés au Chili avec Trewa, État-nation ou le spectre de la trahison, de Paula González Seguel.

Bien connue des habitués de Sens interdits, où son directeur, Patrick Penot, l’invitait dès 2011 avec sa première création Ñi Pu Tremen, l’autrice, metteuse en scène et actrice fait, elle aussi, preuve avec cette nouvelle pièce d’une belle persévérance. Comme dans toutes ses créations depuis la fondation de sa compagnie KIMVN Teatro, elle y porte la lutte de la communauté mapuche au Chili pour sa reconnaissance sociale et politique.

C’est non pas à Lyon que nous découvrons Trewa, mais à Vitry-sur-Seine au Théâtre Jean-Vilar, l’un des fidèles partenaires de Sens interdits, grâce auxquels Patrick Penot réussit à organiser des tournées pour certains des spectacles les plus coûteux à faire venir en France. Celui de Paula González Seguel en fait partie : avec ses vingt et un comédiens et musiciens mapuches de générations différentes – de 6 à 80 ans –, Trewa représente pour les structures un poids qu’il est bon de répartir. La pièce en vaut la peine.

Il reste 52% de l'article à lire.

   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notifications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.