Au Mémorial de la Shoah, la mémoire meurtrie des « triangles roses »

Le Mémorial de la Shoah à Paris met à l’honneur les « homosexuels et lesbiennes dans l’Europe nazie ». Une histoire longtemps ignorée.

Nous sommes le 29 avril 2001. Deux ans après l’adoption mouvementée du Pacs. Sous un beau soleil de printemps, les associations de déportés se pressent, comme chaque année le dernier dimanche d’avril, à l’entrée du Mémorial des martyrs de la déportation, dans le petit square derrière Notre-Dame de Paris, au bout de l’île de la Cité. Juifs, politiques, résistants, religieux de diverses confessions, déployant leurs drapeaux tricolores, certains même revêtus de leurs vieux pyjamas rayés, toutes les catégories d’anciens détenus des camps de la mort nazis sont là, représentées, accompagnées de personnalités et d’élus, pour cette cérémonie annuelle du souvenir.

Toutes… sauf une ! À l’écart, retenus par un cordon de sécurité au bout du quai de l’Archevêché, les militants des associations homosexuelles (ou plutôt LGBT) doivent attendre la fin des dépôts de gerbes et des prises de parole – et la sortie de toutes les délégations – pour pénétrer dans le square et accomplir alors les mêmes gestes de recueillement. Strictement séparés. Certains représentants des premières expliqueront même que la présence des associations LGBT n’était pas « souhaitable » pour ne pas « salir la mémoire des victimes » (sic).

Il reste 72% de l'article à lire.

   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 5€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notifications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.