Comment la gauche compte regagner le vote populaire

Pour être présent au second tour, le camp progressiste doit retrouver la confiance des classes défavorisées, souvent abstentionnistes. Un objectif que tous les candidats souhaitent atteindre. Non sans difficultés.

Hugo Boursier  • 26 janvier 2022 abonné·es
Comment la gauche compte regagner le vote populaire
Lors d’une réunion publique de Jean-Luc Mélenchon sous la bannière de l’Union populaire, le 16 janvier 2022 à Nantes. n
© Frederic Petry/Hans Lucas/AFP

Les classes populaires n’ont pas quitté le navire politique. C’est la gauche qui les a jetées par dessus bord. Mais, à moins de trois mois du premier tour, les bouées de sauvetage sont lancées à tour de bras. Chaque candidat cherche à rattraper ces millions d’hommes et de femmes plongés, après des retournements de veste et des promesses non tenues, dans le grand bain des déçus, des dégoûtés et des abstentionnistes. L’exercice est laborieux. Difficile d’effacer les trahisons qui ont jalonné, ces dernières années, les relations pourtant historiques entre les populations précaires et le camp progressiste.

« Il faut s’accrocher et, parfois, c’est dur », expliquait Jean-Luc Mélenchon à Libération. Le candidat de La France insoumise (LFI) raconte que, lors de certains porte-à-porte, des militants entendaient dans le couloir : « C’est qui ? La gauche ? Non merci, on ne vote plus pour François Hollande. » Il faut dire que l’épouvantail corrézien a eu les mains lourdes. Dans la première, il y a son bilan catastrophique marqué par la loi travail et la déchéance de nationalité. Dans l’autre, les souvenirs amers de la note publiée en 2011 par Terra Nova, le laboratoire d’idées proche du PS, qui préconisait une réorientation de la stratégie du parti à la rose loin des

Envie de terminer cet article ? Nous vous l’offrons !

Il vous suffit de vous inscrire à notre newsletter hebdomadaire :

Vous préférez nous soutenir directement ?
Déjà abonné ?
(mot de passe oublié ?)

Pour aller plus loin…

Génération·s : derrière la crise, la main de LFI ?
Politique 23 février 2024

Génération·s : derrière la crise, la main de LFI ?

Le petit parti fondé par Benoît Hamon, tiraillé entre plusieurs options pour les européennes, vient de désapprouver ses deux dirigeants nationaux, Léa Filoche et Arash Saeidi. Des membres les accusent d’avoir tenté un « coup de force ».
Par Lucas Sarafian
Face au RN, les contradictions de la Macronie
Analyse 21 février 2024

Face au RN, les contradictions de la Macronie

Au sein de la coalition présidentielle, les positions sont très floues sur l’attitude à adopter face à la formation de Marine Le Pen. Les erreurs et les « fautes » sur le sujet rendent la ligne macroniste illisible et inconséquente face à la progression de l’extrême droite dans le pays.
Par Lucas Sarafian
La difficile résistance d’une certaine idée du communisme municipal
Analyse 21 février 2024 abonné·es

La difficile résistance d’une certaine idée du communisme municipal

En 2021, le maire PCF de Grigny, Philippe Rio, remportait le titre de meilleur maire du monde. Cette année, c’est la maire communiste de Graz – la deuxième ville d’Autriche –, Elke Kahr, qui remporte le titre. Le communisme municipal a-t-il de beaux jours devant lui ?
Par Lucas Sarafian
Accusée d’être hors de « l’arc républicain », la France insoumise veut jouer bloc contre bloc
Analyse 19 février 2024

Accusée d’être hors de « l’arc républicain », la France insoumise veut jouer bloc contre bloc

Marginalisé par les troupes macronistes, le mouvement mélenchoniste refuse de revoir sa stratégie de la conflictualité. Les plus unionistes des ex-alliés de la Nupes tentent de déconstruire le récit du gouvernement et de la majorité. Mais le bruit et la fureur sont toujours d’actualité.
Par Lucas Sarafian