« La localisation de Mayotte est une chance pour la France »

Il n’y a pour l’instant aucune vision développée par Paris dans la zone, si ce n’est militaire et gazière, déplore le chercheur Christophe Rocheland.

Doctorant à l’Institut français de géopolitique et spécialiste de La Réunion et de Mayotte, Christophe Rocheland déplore que la France ne prenne pas en compte la situation migratoire des Comores autrement que par le biais de la répression. Outre des intérêts économiques évidents, la forte composante musulmane et la langue parlée dans l’île de l’océan Indien sont des atouts diplomatiques majeurs.

Mayotte est devenue un département français en 2011. La relation entre cet archipel et la métropole est presque passionnelle. Comment l’expliquez-vous ?

Christophe Rocheland : D’une part, Mayotte a une histoire très ancienne avec la France. Elle remonte à la vente de l’île à la France par le sultan Andriantsoly en 1841. Depuis cette date, les habitants ont été sous protection de la France, notamment vis-à-vis des Comores voisines. Cet attachement est viscéral de par cette protection paternelle exercée par la colonisation et l’administration françaises sur place. D’autre part, la France, elle, est intéressée par la position géographique de cette collectivité, qui cumule les fonctions de département et de région depuis 2011. Avec Mayotte, la France et l’Europe sont aux premières loges du canal du Mozambique, une importante route maritime et commerciale. Grâce à cette position et aux îles Éparses, situées dans le canal du Mozambique, la France détient la moitié des eaux du canal, dont les enjeux, ces dix dernières années, sont rythmés par le calendrier de Total. L’entreprise a investi 20 milliards de dollars dans un projet d’extraction de gaz liquéfié.

Il reste 55% de l'article à lire.

   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 5€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notifications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.