En Tunisie, un pas de plus vers la dictature

L’oeil de Politis sur l’actualité de la semaine en bref.

Politis  • 16 février 2022
Partager :

Nouveau de coup de force du président : Kaïs Saïed vient de dissoudre le Conseil supérieur de la magistrature, organe indépendant qu’il accuse de partialité, pour le remplacer par une instance « provisoire » dont les juges qui la composeront devront être adoubés par lui et n’auront pas le droit de faire grève. En juillet dernier, le Président avait suspendu le Parlement et chassé le gouvernement. Plusieurs centaines de manifestants ont dénoncé ce palier supplémentaire, et probablement pas définitif, dans la captation du pouvoir par Saied.

Soutenez Politis, faites un don !

Envie de soutenir le journal autrement qu’en vous abonnant ? Faites un don et déduisez-le de vos impôts ! Même quelques euros font la différence. Chaque soutien à la presse indépendante a du sens.

Faire Un Don