Corruption : Quand Ericsson rémunérait Daech

L’oeil de Politis sur l’actualité de la semaine en bref.

Politis  • 2 mars 2022
Partager :

Le géant suédois de la téléphonie aurait versé des millions de dollars en pots-de-vin dans une vingtaine de pays pour gagner des parts d’un marché extrêmement juteux et concurrentiel. Après avoir été épinglé pour corruption entre 2000 et 2016 (Djibouti, Chine, Vietnam, Indonésie, Koweït), Ericsson a de nouveau été démasqué dans une dizaine de pays (Angola, Azerbaïdjan, Bahreïn, Brésil, Chine, Croatie, Libye, Maroc, États-Unis, Afrique du Sud, voire Liban, Espagne, Portugal et Égypte). Surtout, la multinationale aurait payé Daech pour rester dans le nord de l’Irak et y sécuriser ses affaires. C’est le résultat de plusieurs mois d’enquête du Consortium international des journalistes d’investigation, qui s’affirme, affaire après affaire, comme un contre-pouvoir incontournable pour révéler des malversations à l’échelle planétaire.

Brèves
Temps de lecture : 1 minute
Soutenez Politis, faites un don !

Envie de soutenir le journal autrement qu’en vous abonnant ? Faites un don et déduisez-le de vos impôts ! Même quelques euros font la différence. Chaque soutien à la presse indépendante a du sens.

Faire Un Don