« Toute une nuit sans savoir », de Payal Kapadia : Jeunesse étouffée

Dans Toute une nuit sans savoir, Payal Kapadia évoque la réalité intime et politique des étudiants en Inde sous le régime populiste de Modi.

Au début de Toute une nuit sans savoir, on entend la douce voix d’une jeune femme lisant une lettre adressée à son amoureux. Les images d’une fête apparaissent dans un noir et blanc granuleux, le son atténué, voire inexistant. Il en émane un sentiment fantomatique. Puis il est question d’enfermement, de séparation forcée. Les deux amants n’appartiennent pas à la même caste. Les parents séquestrent leur fils, qui leur a déclaré vouloir épouser la jeune femme. Ces deux-là sont des étudiants de la principale…

Il reste 78% de l'article à lire.

   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 5€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notifications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.