Privation de liberté aux frontières : « Une régression historique ! »

L’avocate Hélène Gacon alerte sur les dangers des murs juridiques qui s’érigent aux frontières européennes et dénonce « un véritable déni du droit d’asile ».

Chloé Dubois (collectif Focus)  • 18 mai 2022 abonné·es
Privation de liberté aux frontières : « Une régression historique ! »
Le poste de contrôle de la PAF à l’entrée du tunnel de Fréjus.
© Chloé Dubois

Proposé par la Commission européenne en septembre 2020, le nouveau pacte sur la migration et l’asile visant à réformer la politique migratoire européenne s’enlise au Parlement et au Conseil européen. Si la possibilité de voir le projet adopté dans son ensemble est peu plausible, certaines dispositions peuvent l’être indépendamment, ce qui n’est pas moins inquiétant. Parmi elles, deux propositions de règlement prévoient de systématiser l’enfermement aux frontières extérieures de l’espace Schengen durant l’examen des procédures d’accès au territoire (1).

Hélène Gacon, avocate et membre de la commission libertés

Envie de terminer cet article ? Nous vous l’offrons !

Il vous suffit de vous inscrire à notre newsletter hebdomadaire :

Vous préférez nous soutenir directement ?
Déjà abonné ?
(mot de passe oublié ?)
Société
Temps de lecture : 7 minutes