« Finale Fantaisie », de François Cusset : Tranches de (fin) de vie

Dans le refus des maisons de retraite ordinaire, Finale Fantaisie, de François Cusset, livre un tableau jubilatoire de la vieillesse.

Commençons par Suzanne. À la retraite après une longue carrière d’iconographe de presse, à faire se poiler ses collègues et « les engueuler pour leur zèle, à s’enflammer contre l’irruption progressive des managers et des cost-killers et la lâcheté des journaleux qui laissent arriver chez eux ce qu’ils dénoncent dans leurs papiers ». Suzanne, et sa « cambrure callipyge intacte », cuisinière à l’instinct, soucieuse du ménage bien exécuté, la main verte et son pas de danse affaibli. À ses côtés, Leïla, calée…

Il reste 84% de l'article à lire.

   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 5€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notifications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.