Législatives : Une campagne fuyante

En restant très vagues sur leurs intentions, Emmanuel Macron et son gouvernement bloquent la possibilité d’un débat démocratique.

Avec l’ouverture de la campagne officielle lundi 30 mai, nous sommes entrés dans la dernière ligne droite des élections législatives.

Les professions de foi des 6 293 candidats enregistrés – ils étaient 7 882 en 2017 – ont été validées avant envoi aux électeurs. Leurs affiches officielles également, qui commencent à recouvrir les panneaux électoraux. L’audiovisuel public a lancé la diffusion des clips de campagne de leurs partis. Mais la campagne électorale aura-t-elle lieu ?

Depuis sa réélection, il y a plus d’un mois, Emmanuel Macron n’a donné à voir ni le « renouvellement complet » ni la « méthode nouvelle » qu’il annonçait. La nomination tardive bien que prévisible d’Élisabeth Borne à Matignon, puis celle de son gouvernement, composé pour moitié de figures connues qui se sont contentées d’échanger leurs ministères comme on échange des cartes Pokémon, traduit davantage une continuité qu’un nouveau départ.

Alors qu’en 2017 Emmanuel Macron avait immédiatement mis en œuvre sa politique, en présentant notamment sa réforme du code du travail par ordonnances, il n’a rien présenté d’autre qu’un casting. Quelle politique va-t-il mener ? En quoi sera-t-elle vraiment différente avec un gouvernement si semblable au précédent ? Ces questions n’ont pour l’heure pas trouvé de véritables réponses. Hormis de vagues déclarations d’intention. Signe que l’exécutif préfère se faire discret sur ses projets.

Il reste 70% de l'article à lire.

   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 5€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notifications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.