Précarité : la désertion des saisonniers

Conditions de travail difficiles, droit du travail pris à la légère, difficultés de logement et réforme du chômage pénalisante : les restaurateurs peinent à recruter alors que l’été approche.

Louis Heinrich  • 8 juin 2022 abonné·es
Précarité : la désertion des saisonniers
© LOIC VENANCE / AFP

Quand il était plus jeune, Marvyn passait « un peu trop de temps au bar ». De fil en aiguille, on lui a proposé des extras pour un festival pas très loin de chez lui, à Cognac. C’est ainsi qu’il a mis un pied dans la restauration. C’était il y a dix ans. Depuis, il enchaîne les saisons. Et se rappelle son premier hiver à Valmorel, en Savoie : « Je suis tombé sur un patron qui frappait les clients et les serveurs. Il ne m’a jamais touché mais il s’en est pris à un collègue. Quand on voit ça, on n’est pas bien. » Sous le choc, Marvyn avait saisi son portable et tenté de joindre la police. Quand son patron s’en était aperçu, il lui avait arraché le téléphone des mains pour négocier avec les agents : « Ils ne sont jamais venus », se souvient le saisonnier. Ce patron était une

Envie de terminer cet article ? Nous vous l’offrons !

Il vous suffit de vous inscrire à notre newsletter hebdomadaire :

Vous préférez nous soutenir directement ?
Déjà abonné ?
(mot de passe oublié ?)
Travail Société
Temps de lecture : 8 minutes