Un crime homophobe puni en tant que tel

L’oeil de Politis sur l’actualité de la semaine en bref.

Politis  • 15 juin 2022
Partager :

Au printemps 2017, Zak Ostmane, militant LGBT algérien, réfugié en France, était drogué dans un bar de la capitale, séquestré et violé par deux agresseurs pendant trente-six heures, avant d’être sauvé par l’intervention de policiers de passage. Cinq ans plus tard, enfin, ses bourreaux ont été condamnés, par la cour d’assises d’Aix-en-Provence, à cinq et dix-huit ans de prison. L’association SOS Homophobie se félicite que le caractère homophobe de l’agression ait été retenu par les jurés, alors même que celui-ci avait été écarté des débats à plusieurs reprises durant l’instruction.

Brèves
Temps de lecture : 1 minute
Soutenez Politis, faites un don !

Envie de soutenir le journal autrement qu’en vous abonnant ? Faites un don et déduisez-le de vos impôts ! Même quelques euros font la différence. Chaque soutien à la presse indépendante a du sens.

Faire Un Don