Violence cash chez LCL

Les rapports d’expertise s’amoncellent : management par la terreur, humiliations, objectifs inatteignables… Après un suicide et une tentative, les salariés de la banque sont à bout.

Nadia Sweeny  • 15 juin 2022 abonné·es
Violence cash chez LCL
« Tout le système LCL est délirant », accuse une syndicaliste.
© MAGALI COHEN/ AFP

Fermez vos gueules ! », « Vous êtes des nuls, des autistes ! » hurlait-elle dans l’open space. Valérie Deltour, ancienne directrice de LCL Mon Contact à Marseille – l’un des plus gros centres de relation client (CRC) de la banque –, a laissé un souvenir impérissable à la centaine de salariés du service. Surnommée « la reine mère » ou encore « la terreur », elle a pourtant bénéficié, jusqu’à son départ ce printemps, d’un soutien indéfectible de la direction de l’entreprise. À la suite d’une enquête interne déclenchée en octobre 2021 après la multiplication des alertes contre son management et une tension interne devenue explosive, la direction a tenté de maîtriser la situation en diluant le problème.

Laurent Fromageau, directeur adjoint de LCL en charge du réseau Retail (crédit et offre de produits de placement auprès de clientèles individuelles), est même intervenu personnellement en faveur de Valérie Deltour lors d’une réunion avec les managers locaux le 3 février. Il y annonce le déplacement de la directrice mise en cause, tout en la remerciant chaleureusement pour ses bons et loyaux services : « Sous votre action, le centre a été profondément transformé, avec la réussite que nous connaissons. Le service client a atteint un niveau de viabilité excellent, jamais atteint auparavant, avec une contribution aux résultats

Envie de terminer cet article ? Nous vous l’offrons !

Il vous suffit de vous inscrire à notre newsletter hebdomadaire :

Vous préférez nous soutenir directement ?
Déjà abonné ?
(mot de passe oublié ?)
Économie
Temps de lecture : 12 minutes