Affaire Quatennens : un dilemme féministe

Le communiqué publié par le député de La France insoumise concernant ses agissements violents rappelle, une fois de plus, le paradoxe existant entre nécessité de dénoncer publiquement les violences conjugales et respect du souhait de discrétion des victimes.

Nadia Sweeny  et  Hugo Boursier  • 19 septembre 2022
Partager :
Affaire Quatennens : un dilemme féministe
© Adrien Quatennens, lors de l'université d'été de LFI, le 27 août 2022. (Photo : NICOLAS GUYONNET / HANS LUCAS / HANS LUCAS VIA AFP.)

Je ne suis pas un homme violent ». Comment interpréter l’affirmation d’Adrien Quatennens, après la description de ce qu’il pense être le contenu de la main courante déposée par son épouse ? À lire le communiqué du député du Nord, saisir le poignet, prendre le téléphone et « donner » une gifle à sa partenaire ne feraient pas de lui « un homme violent ». Mais alors, que faut-il faire pour en être un ?

Il est utile de rappeler au coordinateur de La France insoumise, aujourd’hui mis en retrait du mouvement, que ses agissements apparaissent bien dans le « violentomètre » créé par l’Observatoire des violences faites aux femmes de Seine-Saint-Denis dès 2018. Et que 33% des violences conjugales surviennent au moment de la séparation, selon les femmes interrogées dans le cadre d’une étude de l’Agence des droits fondamentaux de l’Union européenne. Le contexte de rupture n’excuse rien. Pire, il favorise les coups.

Une déclaration qui souligne le réflexe qu’ont les auteurs de violences conjugales de se dissocier de leur geste.

Cette déclaration souligne aussi le réflexe qu’ont les auteurs de violences conjugales de se dissocier de leur geste. C’est ce que montre Isabelle Seret, intervenante en sociologie clinique, dans son dernier ouvrage Chez moi vit la violence (1). Les hommes qu’elle suit refusent souvent de voir leur identité réduite au statut d’auteur de violences. 

D’autant plus, s’agissant d’Adrien Quatennens, lorsqu’on est à la tête d’une formation politique qui a érigé la lutte contre les violences sexistes et sexuelles comme un combat prioritaire. Et que l’on profite de toute « l’affection » de son entourage – celle de Jean-Luc Mélenchon en tête, qui n’y voit qu’une affaire de « divorce », explique-t-il dans une note sur son blog. Comme s’il existait une injonction silencieuse à séparer l’homme des violences qu’il commet.

Exigence de visibilisation

Cette extrême difficulté masculine à reconnaître la violence intrafamiliale, sexiste et sexuelle, pousse à une exigence de visibilisation. Quoi qu’il en coûte. Quitte à « prendre en otage » les victimes dans une médiatisation qu’elles n’ont pas toujours voulue. Ce fut le cas dans l’affaire Taha Bouhafs. Ça l’est encore avec celle d’Adrien Quatennens. La discrétion souhaitée par certaines victimes n’est plus garantie, minée par les injonctions médiatiques et les instrumentalisations politiques. Il se crée alors un dilemme extrêmement difficile à résoudre pour les féministes : respecter la volonté des victimes versus exiger une réaction globale de la société.

Car posons-nous la question collectivement : si la violence de M. Quatennens envers son épouse n’avait pas été médiatisée, l’auteur et son entourage auraient-ils été ainsi confrontés à leur manque de prise de conscience ? Prendrait-on la mesure du phénomène au sein des militants qui se déclarent « féministes » ? Et quid de l’urgence à agir pour protéger les femmes de cette mécanique mortifère ?


(1) Chez moi vit la violence, une victomologue à l’écoute des auteurs de violences familiales, Isabelle Seret, La Manufacture de livres, 2022

Publié dans
Parti pris

L’actualité vous fait parfois enrager ? Nous aussi. Ce parti pris de la rédaction délaisse la neutralité journalistique pour le vitriol. Et parfois pour l’éloge et l’espoir. C’est juste plus rare.

Temps de lecture : 3 minutes
Soutenez Politis, faites un don.

Chaque jour, Politis donne une voix à celles et ceux qui ne l’ont pas, pour favoriser des prises de conscience politiques et le débat d’idées, par ses enquêtes, reportages et analyses. Parce que chez Politis, on pense que l’émancipation de chacun·e et la vitalité de notre démocratie dépendent (aussi) d’une information libre et indépendante.

Faire Un Don

Pour aller plus loin…

Nouveau Front populaire : soyons lucides et réalistes
Parti pris 16 juillet 2024

Nouveau Front populaire : soyons lucides et réalistes

Depuis sa relative victoire le 7 juillet, le Nouveau Front populaire se cherche en vain un nom pour Matignon. Mais la coalition de gauche se déchire, pendant que Macron rigole et que le RN attend son heure. En quelques jours, elle s’est décrédibilisée.
Par Pierre Jacquemain
Une mobilisation populaire éteinte par une gauche irresponsable
Gauche 16 juillet 2024

Une mobilisation populaire éteinte par une gauche irresponsable

Alors que le Nouveau Front populaire a soulevé une espérance chez de nombreuses organisations du mouvement social, les dernières tergiversations quant au nom du Premier ministre ont jeté un froid. Et questionnent la possibilité d’un accompagnement d’un gouvernement de gauche par une mobilisation populaire.
Par Pierre Jequier-Zalc
À gauche, une équation aussi pénible qu’insoluble
Parti pris 9 juillet 2024

À gauche, une équation aussi pénible qu’insoluble

Au second tour des législatives, le Rassemblement national, bien qu’en forte progression, a été défait, le macronisme rejeté et le Nouveau Front populaire est devenu la première force politique à l’Assemblée. Mais la gauche doit-elle prendre le risque de gouverner sans capacité d’agir ?
Par Pierre Jacquemain
Une victoire populaire, avant tout !
Parti pris 8 juillet 2024

Une victoire populaire, avant tout !

Alors que les instituts de sondages, au soir du premier tour, annonçaient une potentielle majorité absolue au Rassemblement national, une forte mobilisation populaire a permis au Front populaire d’être la plus importante force politique à l’Assemblée nationale. Il faut, désormais, construire dessus.
Par Pierre Jequier-Zalc