« Transe » d'Emilio Belmonte : la flûte enchanteresse

Le réalisateur consacre un film musical sensible et exigeant à l’artiste flamenco Jorge Pardo.

Tignasse épaisse en queue-de-cheval, bijoux et bandanas, rides taillées dans la roche, sourire charmeur et yeux perçants, Jorge Pardo trimbale sa silhouette gracile et son style baba cool dans les rues animées de Madrid ou de New York, ou encore dans les paisibles ruelles de Grenade ou Jerez. À 65 ans, le flûtiste et saxophoniste espagnol est aussi à l’aise sur une immense scène que dans un bar à tapas d’Andalousie, où il promène ses instruments. Instruments dont il sait tirer parti de toutes les…

Il reste 89% de l'article à lire.

   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 5€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Paul Veyne : « La fascination pour l'Antiquité ne m'a jamais quitté »

Idées accès libre
par ,

 lire   partager

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notifications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.