À Callac, « ce n’est pas du racisme, mais… »

Dans les Côtes-d’Armor, un projet d’accueil de réfugiés suscite l’opposition farouche d’habitants liés à l’extrême droite. Les tenants du vivre-ensemble contre-attaquent.

Chloé Richard  • 2 novembre 2022 abonné·es
À Callac, « ce n’est pas du racisme, mais… »
© Photo : Chloé Richard.

Depuis plusieurs semaines déjà, la petite ville bretonne de Callac (Côtes-d’Armor) fait face à une vive opposition concernant un projet inédit d’accueil de réfugiés, « Horizon ». Outre les menaces de mort à l’encontre du maire, Jean-Yves Rolland, des tags et des pétitions hostiles au projet ont vu le jour. Et pour la deuxième fois en moins de deux mois, deux manifestations vont se tenir en même temps, samedi 5 novembre, dans les rues de Callac : l’une réunira les opposants au projet tandis que l’autre rassemblera ses partisans.

Porté par le Fonds de dotation Merci et la municipalité, Horizon est une initiative pilote qui prévoit d’accueillir des familles de réfugiés dans cette ville de 2 200 habitants du Centre-Bretagne, située à une vingtaine de kilomètres de Guingamp et de Carhaix. La commune a été sélectionnée parmi une dizaine d’autres pour « sa volonté politique forte », indique Merci, mais aussi pour son accessibilité et son attractivité en raison des infrastructures déjà existantes.

Elle a été retenue également pour ses « opportunités économiques ». Ce projet permettrait de redynamiser la ville et de pourvoir plus de soixante-dix postes vacants « dans les secteurs de la santé, du commerce, de l’artisanat et de

Envie de terminer cet article ? Nous vous l’offrons !

Il vous suffit de vous inscrire à notre newsletter hebdomadaire :

Vous préférez nous soutenir directement ?
Déjà abonné ?
(mot de passe oublié ?)