Bretagne : après le feu, ramener la vie

2 200 hectares sont partis en fumée dans les monts d’Arrée cet été. Depuis la rentrée, un comité constitué d’autorités, d’organisations et d’habitants se penche sur les solutions pour remettre les landes en état et prévenir de futurs incendies.

Mathilde Doiezie  • 30 novembre 2022 abonné·es
Bretagne : après le feu, ramener la vie
Georges Issac participe aux actions de réhabilitation des terres calcinées.
© Mathilde Doeizie

Un mont Saint-Michel s’élève aussi en Bretagne. Au cœur du Finistère et des monts d’Arrée, 381 mètres d’altitude, le mont Saint-Michel de Brasparts offre un panorama sur les landes et les tourbières alentour. Ce paysage abrite une faune et une flore typiques, comme le courlis cendré avec son long bec ou les grandes touffes de molinie bleue. « On a l’impression d’être sur une autre planète, en Irlande ou en Turquie, nous disent souvent les gens de passage », décrit Georges Issac, 84 ans, ancien professeur et formateur à la retraite, né au pied de cette colline et revenu y vivre au milieu des années 1990.

En cette fin d’octobre, les bourrasques et les trombes de pluie donnent un côté cafardeux au paysage, qui ajoute à sa désolation : les arbres et les landes sont calcinés à des centaines de mètres à la ronde, la terre est noircie de cendres. Fin juillet, des feux se sont déclenchés, déclarés éteints début

Envie de terminer cet article ? Nous vous l’offrons !

Il vous suffit de vous inscrire à notre newsletter hebdomadaire :

Vous préférez nous soutenir directement ?
Déjà abonné ?
(mot de passe oublié ?)
Écologie
Temps de lecture : 8 minutes