Politis

Abonnez-vous à Politis

Tout Politis +

11 Par mois
  • Votre hebdomadaire et hors-série en version papier et numérique

  • Tous les articles du magazine et des articles inédits de la rédaction

  • Votre hebdo/hors-série en PDF

  • Lecture de l'hebdo/hors-série sur liseuse

Choisir cette offre
Pour toutes informations, contactez notre service Abonnement au 03 80 48 95 36 ou par e-mail à : abonnement@politis.fr

Offre Découverte spéciale élections 23 numéros + 1 HS

49
Offre Découverte spéciale élections 23 numéros + 1 HS
  • 23 numéros + 1 hors-série en version papier et numérique

  • Tous les articles du magazine et des articles inédits de la rédaction

  • Votre hebdo/hors-série en PDF

Je m'abonne

Web illimité

8 Par mois
  • Votre hebdomadaire et hors-série en version numérique

  • Tous les articles du magazine et des articles inédits de la rédaction

Choisir cette offre

Les autres offres

Offre découverte, administrations, offre solidaire, réabonnement…
Choisissez une offre

Soutenez la presse indépendante et découvrez les offres de notre kiosque. A partir de 8€/mois. :

blog /

Publié le 2 avril 2013

Les apprentis sorciers

A en croire la confidence d'un élu PS publiée par Le Figaro , les socialistes espèrent qu'une montée du Front national les sauvera aux municipales. Aux fous !

Si cela avait été un poisson d'avril, il aurait été de mauvais goût. Ce n'en est pas un, et c'est grave. A la fin d'un article du Figaro sur les réactions à gauche après l'intervention de François Hollande sur France 2, on découvre cette confidence parfaitement cynique d'un élu PS :
«Je ne suis pas inquiet pour les municipales. Avec un Front national à 20 ou à 25 % , il y aura de nombreuses triangulaires. Nous pouvons espérer gagner des grandes villes, dont Marseille. Mais ce sera beaucoup plus difficile ensuite pour les élections européennes et les régionales.»

Illustration - Les apprentis sorciers Bien entendu, l'auteur de ce propos est anonyme. Ce qui permet toutes les manipulations. Raison pour laquelle, la déontologie journalistique recommande de n'user de citations anonymes qu'avec parcimonie, par exemple quand celui qui parle est menacé dans son intégrité physique ou risque de perdre son travail. En l'espèce, ce n'est pas le cas. Il s'agit d'un élu, lequel est tenu à la publicité de ses prises de position, publicité nécessaire pour que les électeurs qui le mandatent pour les représenter puissent juger du bon accomplissement de cette fonction, ou non.

Profitant des facilités qu'offre Twitter, j'ai interrogé l'auteure de l'article sur ce point. Sans parvenir à obtenir d'elle l'identité de ce fin stratège, qui a requis l'anonymat pour cette confidence. Dommage. Mais l'anonyme n'est jamais courageux1.

N'ayant aucune raison de mettre en doute l'honnêteté de ma consœur du Figaro , quand bien même je pense qu'elle a tort d'obéir ainsi à la demande d'un élu, je suis donc fondé à croire qu'il existe dans les rangs du parti solferinien quelques apprentis-sorciers assez fous pour imaginer conserver le pouvoir avec l'appui indirecte de l'extrême droite. Cette stratégie éclaire en tout cas les propos d'un Jean-Christophe Cambadelis quand il reproche à Jean-Luc Mélenchon de « braconner » sur les terres de l'extrême droite, estimant cela « très dangereux » .

Dangereux pour le PS, qui a besoin d'un FN fort pour se maintenir à coups de « vote utile » ? C'est ce qu'il fallait comprendre.



  1. Et les élus ne le sont pas plus que les commentateurs de blog. Pas besoin de vous faire un dessin... 


Tags

Haut de page

Voir aussi

Quelle Europe pour la gauche ?

Politique par

accès libre

 lire   partager

Articles récents