blog /

Publié le 15 avril 2014

50 années d'oeuvres sociales à gestion ouvrière au service des électriciens et gaziers.

C'est à la Géode que la CCAS a rassemblé ses grands acteurs, élus et salariés, ses amis, ses partenaires pour célébrer les 50 ans de la reprise par le personnel des activités sociales et culturelles des industries de l'énergie.
Comme pour souligner la modernité de cette responsabilité, la soirée était organisée autour d'une conférence ayant pour thème "l'Utopie au travail".

A quelques semaines de l'ouverture d'un procès contre certains de ses dirigeants, à partir d'un dossier très largement vidé au fur et à mesure de l'instruction, la CCAS a tenu à mettre en valeur ses interventions, sociales et culturelles, telles qu'elles se sont développées durant ces 50 années de gestion ouvrière.

Elle a insisté sur les innovations qu'elle a mises en œuvre au service des salariés et retraités du secteur de l'énergie, mais aussi sur celles qu'elle a permis à travers des engagements solidaires jamais démentis.

Ainsi elle présenta les actions d'accueil des enfants et des adolescents, des personnes en situation de handicap, trop souvent exclues ou ghettoisées dans le tourisme y compris social.
_ Ainsi elle revint sur le soutien au spectacle vivant, aux grands et moins grands festival (Avignon, Uzeste...) au cinéma d'art et d'essai (Angers, Acid...).
Tous les dirigeants du Pôle affinitaire du tourisme social et associatif étaient présents pour affirmer cette autre façon de relancer le tourisme social décrite à travers la Charte signée fin 2013.

Mais l'accent fut mis aussi sur la mise en cohérence des pratiques et des valeurs, notamment dans le champ de la solidarité (avec la présence de représentants de Fralib et d'autre entreprises en luttes) dans le champ de l'ESS (avec le soutien aux épiceries solidaires du réseau ANDES).
_ Mais d'autres engagement de la Caisse auraient pu être mis en avant sur sur l'inscription de la CCAS dans le monde social et économique comme dans le champ de la solidarité internationale.

La vague libérale n'épargne pas le monde des Comités d'entreprise et des opérateurs commerciaux, déjà omniprésents dans les "salons de Ce", voudraient voir céder la résistance des grands CE leur échappant.
_ L'agitation législative du sénateur Perruchot, le procès de juin participent de cette volonté d'en finir avec la gestion par les salariés de leurs besoins sociaux, de leurs appétences à la découverte, à la culture; d'en finir avec des approches collectives et solidaires.

C'est aux salariés eux-même et à leurs organisations syndicales de les mettre en échec.
Mais il s'agit aussi qu'ils prennent toute leur place au sein de l'ESS inclusive à laquelle travaille la Loi Hamon.


Haut de page

Voir aussi

Articles récents