Catherine Lépront, 161, rue du roman

Dans un essai et un roman paraissant conjointement, Catherine Lépront explore le processus créatif et s’émerveille de l’alchimie qui s’opère entre le réel et la fiction.

Elle n'habite pas au 161. Elle y travaille. Réalisant divers tâches de rédaction et de traduction dans un studio que son voisin lui a prêté. Mais elle vit là, au sens où sa vie s'y déroule, à quelques mètres de l'appartement de cet homme qu'elle aime sans le dire. Collectionneur spécialiste de la statuaire sumérienne, Osias Lorentz recèle chez lui un trésor dont la concierge de l'immeuble, la Cap-Verdienne Anabella Santos Joao, mi-ange gardien, mi-démon, est la protectrice hors pair. Elle aussi aime Osias…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notifications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.