Une laïcité à sens unique

Une charte rappelle les droits et devoirs des agents et usagers du service public concernant les signes religieux. Mais elle éclipse la responsabilité de l’État, qui ne respecte pas toujours ses obligations de neutralité.

Qui a entendu parler de la Charte sur la laïcité ? C'est dans le calme, voire l'indifférence, que le Haut Conseil à l'intégration (HCI) a rendu publics, en janvier 2007, ces onze articles n'ayant pas force de loi. Après la « bataille du voile », le contraste est saisissant. D'autant que la Charte ne concerne pas les seuls élèves des écoles mais tous les agents et usagers du service public (hôpitaux, administrations, prisons, armée...), où elle sera affichée et distribuée. Faut-il alors voir dans la Charte…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notifications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.