Yves Dechézelles, l’anticolonialiste

Avocat des nationalistes malgaches et maghrébins, militant des droits de l’homme, Yves Dechézelles vient
de mourir. Jean-Jacques Ayme l’avait interviewé en 1981.

Le mouvement des droits de l'homme a perdu un maître. J'emploie ce mot à dessein, pas seulement parce qu'Yves Dechézelles était l'avocat des opprimés, des victimes de la répression, des militants luttant pour leur indépendance, l'avocat des luttes émancipatrices. J'emploie aussi le mot « maître » dans le sens de celui qui est un modèle dont nous avons beaucoup à apprendre. Alors que je rédigeais ma maîtrise d'histoire consacrée aux Jeunesses socialistes de 1944 à 1948, il m'avait accordé un long entretien…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 5€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notifications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.