Génération repolitisée ?

Les écrivains seraient-ils plus enclins à prendre part au débat sur les affaires de la cité ? Deux livres, « Une année en France » et « Avril-22, ceux qui préfèrent ne pas », témoignent d’une certaine forme d’engagement.

Entre les écrivains et la politique, quelque chose est peut-être en train de changer. Il faut entendre ici, sous le terme « écrivains », ceux de littérature. Longtemps, en effet, l'époque de l'engagement obligatoire selon Sartre ­ bien que trop souvent caricaturé ­ a fait figure de repoussoir. L'engagement dans la langue, c'est-à-dire la mise à l'épreuve artistique à travers des partis pris formels, a représenté une exigence plus haute. On ne saurait le dévaloriser : cet engagement distingue généralement…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

À quoi bon le Moyen Âge ?

Société accès libre
par ,

 lire   partager

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notifications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.