Gueule de bois

Ce matin-là, toute la France avait mal aux cheveux. Ou presque toute la France : entre ceux qui avaient bu pour fêter la victoire et ceux qui avaient bu pour se consoler de la défaite. C'est juste une image, hein ! Nous ne sommes pas un peuple de pochetrons. C'est pour dire que nous sommes vraiment coupés en deux, nous le peuple. Qu'on a beau nous seriner que toutes les opinions sont respectables, que c'est ça la démocratie, qu'au-delà de nos différences nous formons une collectivité unie (oui, oui, et…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notfications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.