La fusion selon Mayra Andrade et Dobet Gnahoré

Dire «~la~» musique africaine était jusqu'à présent une absurdité, tant sont diverses les formes musicales de ce continent. Mais les vogues récentes d' afro beat ou de world music pourraient bien constituer les berceaux de fusions continentales. Deux nouvelles voix féminines en témoignent. Mayra Andrade plonge les formes cap-verdiennes classiques dans un grand bain euro-brésilien pour s'inventer un langage intensément charmant qui n'exclut pas les réflexions sérieuses. L'Ivoirienne Dobet Gnahoré, fille de…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notifications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.