L'homme qui a bradé son pays

Fabriqué par les Occidentaux, Boris Eltsine a permis la conquête de la Russie par l’ultralibéralisme. Portrait.

Deux ex-présidents des États-Unis sont venus rendre hommage à Boris Eltsine, mort le 23 avril à 76 ans, car ils lui sont reconnaissants d'avoir ouvert la Russie au capitalisme sauvage après avoir achevé l'URSS. Sous son règne, tout le pays a été privatisé et vendu à des citoyens, en général dignitaires du Parti dissous, alors qu'il était impossible d'accumuler une fortune dans ce pays où, excepté pour des restaurants et de petites coopératives autorisées par un oukase de Gorbatchev en 1986, la propriété…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notfications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.