Ménigon sort (un peu)

Le tribunal d'application des peines de Paris a enfin accordé, jeudi 10 mai, un régime de semi-liberté à Nathalie Ménigon, ancienne membre du groupe Action directe. Le parquet a fait immédiatement appel, selon l'Agence française de presse. Nathalie Ménigon, 50 ans, travaillera dans la journée et dormira en prison, a annoncé son avocat, qui salue « la bonne nouvelle » tout en jugeant « extrêmement restrictif » cet aménagement de peine. Il s'offusque en en effet que sa cliente ait « l'obligation de…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Ce que révèle l’affaire des sous-marins

Éditorial accès libre
par ,

 lire   partager

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notifications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.