Poétique du cri étouffé

Après des années de silence, le trompettiste Jacques Coursil
publie un album déconcertant, « Clameurs », où mots et
musiques exhortent à se défaire des chaînes du passé.

Dans Clameurs , la trompette appelle d'emblée. Par le timbre, par l'attaque, par l'articulation, elle évoque la corne de lambi (gros mollusque des Antilles) qui convie aux veillées. La trompette, ainsi, ne se contente pas de « musiquer », elle invite à entrer dans un monde de sons qu'elle colore par le souffle. Et, dénudée, épurée, elle porte des mots sans chercher à les aggraver. L'album Clameurs propose des pistes de réflexion plus que des cris : des « suites enchaînées », parce qu'elles se succèdent,…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notifications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.