Trop fragiles ?

Cet article est en accès libre. Pour rester fidèle à ses valeurs, votre journal a fait le choix de ne pas se financer avec la publicité. C’est la seule garantie d’une information véritablement indépendante. Ce choix a un coût, aussi, pour contribuer et soutenir notre indépendance : achetez Politis, abonnez-vous.


Le laboratoire Matisse du CNRS et le cabinet d'Audit Deloitte ont réalisé ensemble une recherche visant à repérer et analyser les facteurs de fragilité des associations. L'enquête a été conduite auprès d'un échantillon de 500 associations.

Au premier rang des fragilités, viennent les difficultés d'ordre financier, citées par 43 % des associations. Les difficultés de maîtrise de gestion sont également importantes : 29 % des associations se plaignent d'un manque de visibilité à moyen terme. 33 % d'entre elles rapportent aussi des difficultés causées par les institutions et les demandes concernant une meilleure prise en compte de la réalité associative par les pouvoirs publics sont les plus nombreuses. Par ailleurs, 23 % des associations estiment dommageables les phénomènes de concurrence entre elles. Enfin, les ennuis concernant le manque de bénévoles sont signalés par 37 %.


Haut de page

Voir aussi

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notifications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.