Démocratie bananière

VERDY/AFP Fin août, le cyclone Dean ravage 80 % des bananeraies martiniquaises. Les producteurs réclament des indemnisations (à droite, Christian Estrosi, secrétaire d'État à l'Outremer). Pas si vite !, s'élèvent France nature environnement et l'Association pour la sauvegarde du patrimoine martiniquais, va-t-on remettre en route la « machine infernale » qui contamine l'île depuis trente ans avec le chlordécone et le paraqua, pesticides hypertoxiques proscrits mais encore utilisés dans les Antilles, par…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notifications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.