Droit

Gérer les demandes en fonction de l'existant plutôt qu'adapter l'offre aux besoins : c'est ce à quoi risque de se réduire la fameuse loi sur le Droit au logement opposable (Dalo), promulguée le 5 mars. Le décret d'application première version préparé par le ministère du Logement et de la Ville de Christine Boutin est, d'après certains membres du comité de suivi, très en deçà de ce que la loi préconise. Autre exemple : seulement quatre catégories de personnes seraient proiritaires contre les six prévues.…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notfications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.