« Assumons l’anticapitalisme ! »

L’antilibéralisme dont se réclame une gauche radicale n’est-il qu’un anticapitalisme euphémisé ? Pourquoi cette difficulté à se définir positivement ?

Depuis un quart de siècle, deux grands systèmes d'attitude occupent de façon hégémonique l'espace politico-idéologique : le projet néolibéral et la méthode sociale-libérale. Pour s'opposer frontalement au premier et se distinguer absolument de la seconde, la dernière décennie a vu émerger une notion : celle « d'antilibéralisme ». Ce terme a des inconvénients. Tout d'abord, « libéralisme » étant associé à « liberté » dans les représentations communes, il tend à laisser le terrain de la liberté aux tenants…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notifications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.