Fête pas la gueule !

Les Ogres de Barback grandissent mais en gardant le sens de la mesure. Toujours timides et mélancoliques, ils noient leurs inquiétudes dans une belle idée de la famille, de l’indépendance et de l’insoumission.

De l'eau a coulé sous les ponts depuis les premiers concerts des Ogres. Un soir à la Guinguette pirate, encore bâchée, roulant et traversée de courants d'air... Un après-midi d'hiver à la Ferme du bonheur, entre poules, canards et vin chaud... Transpirants au fond d'une cave où la contrebasse s'écorchait la tête sur la voûte trop basse... Quelques années plus tard sous le chapiteau Latcho Drom, avec lequel ils ont sillonné le pays pour la tournée « Un air, deux familles »... Pas fatigués de la route, et…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 5€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Paul Veyne : « La fascination pour l'Antiquité ne m'a jamais quitté »

Idées accès libre
par ,

 lire   partager

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notifications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.