«La fermeture des frontières est irréaliste »

Claire Rodier poursuit notre réflexion sur « les questions qui fâchent ». Elle explique ici que la liberté de circulation s’impose parce qu’elle existe déjà pour certains, et que toutes les politiques de blocage ont échoué. Retrouvez les autres contributions sur « ces questions qui fâchent à gauche » dans notre rubrique Idées et sur le site de la revue Mouvements.

On me demande de répondre à la question : « Une politique d'immigration sans frontières est-elle réaliste ? » Je crois qu'il ne faut pas poser la question dans ces termes. Les frontières existent, leur disparition n'est pas à l'ordre du jour, et elles ont leur fonction dans l'organisation du monde. Mais cette fonction n'est pas forcément d'être un obstacle, une barrière : ce n'est pas parce qu'ils ont des frontières que les États sont contraints de les fermer. Au contraire : ce qui n'est pas réaliste,…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Geoffrey Hannot, le fidèle à la cause

Société accès libre
par ,

 lire   partager

Louis Mieczkowski, l'insaisissable

Société accès libre
par ,

 lire   partager

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notifications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.