Rêver à voix haute

Le compositeur suisse Klaus Huber a créé pour Les Jeunes Solistes
un « miserere » où la prière individuelle est convertie en polyphonie collective, autour de textes modernes à forte tonalité politique.

Comment implorer la pitié de Dieu dans une époque abandonnée de Dieu et sans pitié ? C'est sur cette problématique que s'est penché Klaus Huber quand le chef de choeur Rachid Safir lui a demandé de composer un miserere pour son ensemble, Les Jeunes Solistes. C'était en 2002, le compositeur suisse, aujourd'hui âgé de 84 ans, venait de présenter à Paris une oeuvre autour de textes du poète palestinien Mahmoud Darwich. Relevant le défi, il s'est plongé dans les psaumes du roi David. Mais, stupéfait par leur…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 5€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notifications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.